L’orientation et l’assistance des victimes de la traite des êtres humains en Europe 
HOME/2012/ISEC/AG/4000004405

Le ministère de l'Intérieur de la Hongrie, le ministère de la Sécurité et de la Justice des Pays-Bas et le Payoke vzw en Belgique ont introduit un projet intitulé „L’orientation et l’assistance des victimes de la traite des êtres humains en Europe” (ci-après : RAVOT-EUR) pour obtenir des subventions dans le cadre de l’appel général à propositions ISEC 2012 de la Commission européenne, aux fins du Programme de «Prévention et lutte contre la criminalité" (ISEC).

La Commission européenne a émis un avis favorable sur la demande, ainsi le projet a pu être officiellement lancé le 1er février 2014 et le 31 janvier 2016. RAVOT-EUR peut fournir des solutions complètes pour relever les défis posés par la traite des êtres humains. L'objectif principal du projet est de fournir aux victimes de l'exploitation sexuelle ou de l'exploitation par le travail une aide au retour et à la  réintégration sociale, ainsi que de mettre en place une plate-forme en ligne et d'élaborer un manuel de formation qui peut être utilisé à d’autres fins professionnelles et académiques. Un autre objectif est de renforcer la coopération entre les experts impliqués dans la lutte contre la traite des êtres humains. Le budget total du projet est de 346 069 EUR, dont 311 462 euros sont fournis par le programme spécifique de l'Union européenne, intitulé « Prévention et lutte contre la criminalité».

L'objectif principal du projet est de développer un mécanisme d'orientation transnationale entre la Hongrie, la Belgique et les Pays-Bas. Cela peut contribuer à l'aide au retour sûr et à l'orientation des victimes de la traite humaine et facilite le renforcement des réseaux transnationaux et la confiance entre les professionnels. Les deux pays partenaires du projet RAVOT-EUR lancé et piloté par la Hongrie, sont la Belgique et les Pays-Bas, deux états où les victimes hongroises de la traite des êtres humaines sont les plus fréquemment identifiées. Ainsi la coopération pourra être établie sur une base solide. Il est important de reconnaître que la traite des êtres humains est un crime grave et abominable qui viole gravement les droits humains, et la communauté internationale ne peut lutter contre elle que par le biais d’une large coopération internationale. Le RAVOT-EUR facilite le développement d'une meilleure compréhension et d’une confiance accrue parmi les autorités répressives, les organisations non-gouvernementales (ONG) et tous les acteurs actifs dans le domaine de l'assistance et de l'orientation des victimes de la traite humaine.

L’objectif du projet est de mettre en évidence les besoins et les problèmes des victimes ainsi que les capacités des services d’assistance aux victimes et du réseau des organisations civiles. Dans le cadre du projet, un manuel d'information et un site ont été conçus afin de faciliter l'identification, l'assistance des victimes tout en favorisant la coopération entre experts. RAVOT-EUR a permis d'évaluer et d'affiner un nouveau mécanisme international d’orientation des victimes assurant un mode pérenne d'assistance au travail des organisations et parties concernées ainsi qu'à la réintégration des victimes. En même temps, le projet utilisera les cadres juridiques et institutionnels déjà existants au niveau national et tentera de satisfaire les besoins personnels des victimes. Un mécanisme d’orientation transnationale bien structuré et unifié permettra d'améliorer le retour en toute sécurité des victimes et de contribuer au travail effectif des organisations qui les aident.

Au cours du projet trois ateliers professionnels ont eu lieu dans les trois pays partenaires, impliquant des experts internationaux afin de discuter des meilleures pratiques et les différents besoins, circonstances et capacités. En plus des ateliers, des experts ont participé à des visites d'étude, lors desquelles ils ont eu l'occasion d'apprendre davantage sur le travail des autorités hongroises, belges et néerlandaises, sur la qualité des services fournis, et sur le fonctionnement des mécanismes d'orientation transnationale.

Nous espérons que le manuel de formation et le site du projet permettront de faciliter et d’améliorer considérablement la consistance du projet RAVOT-EUR, tout en renforçant la transparence et en assurant aux experts et aux victimes un forum approprié, un moyen plus simple pour entrer en contact, et un accès à information.

Projet intitulé Coopération helvético-hongroise pour la protection des victimes de la traite des êtres humains
BBA-5.4.2-16-2016-00001

Dans le cadre de la Stratégie nationale contre la traite des êtres humaines (2013-2016) faisant partie intégrante du programme de travail national Fonds pour la sécurité interne, le gouvernement de la Hongrie a piloté l'évaluation et le développement du mécanisme helvético-hongrois d’orientation des victimes dans l'esprit du projet RAVOT-EUR. Suite à la décision favorable de l'autorité compétente, le projet doté d'un budget total de 14,100,930 HUF, a été mis en place le 1er avril 2017. Le projet a été initié par le bureau de Budapest de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) en coopération avec le Ministère hongrois de l'Intérieur, la police hongroise, l'Office fédéral de la police suisse (fedpol) et l'OIM Berne.

Pour la traite des êtres humains, la Suisse est l'une des plus importantes destinations des victimes hongroises. Selon l'EUROSTAT, entre 2010 et 2012, la Suisse a occupé la quatrième place concernant le nombre des victimes hongroises. Le Rapport 2015 sur la traite des êtres humains (rapport TIP) souligne qu'outre les Pays-Bas, la Suisse est l'une des principales destinations des victimes hongroises de la traite des êtres humains à des fins d'exploitation sexuelle. D'après les statistiques de la Police hongroise, concernant les victimes de la traite des êtres humains, la Suisse fait partie des six pays de destination les plus importants. Selon les informations du Ministère hongrois de l'Intérieur, fournies en réponse au questionnaire nécessaire à l'établissement du rapport global 2016 de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) relatif à la traite des êtres humains, en 2014, c'est en Suisse que le nombre des victimes hongroises identifiées, revenant de l'étranger, était le plus élevé.

Dans le cadre de l'exécution du projet, les mécanismes nationaux de coordination et d’orientation des victimes déjà existants ont été évalués ainsi qu'une base de données globale comprenant services et prestataires a été établie. Les organismes gouvernementaux, civils et internationaux du pays d'origine c'est à dire la Hongrie ainsi que ceux du pays d'accueil, la Suisse en l'occurence, ont réalisé en étroite collaboration une première esquisse des pratiques relatives à l'identification, l'orientation, l'assistance et à la protection des victimes de la traite des êtres humains. L'objectif du projet est de favoriser une compréhension mutuelle, une coopération et des échanges d'informations entre les experts des différents domaines de la lutte contre la traite des êtres humains ainsi que d'élaborer les cadres du mécanisme international helvético-hongrois d’orientation des victimes.

À cette fin, les experts suisses et hongrois, délégués par les organismes et autorités compétents dans l'activité contre la traite des êtres humains, ont participé à des voyages d'études en Hongrie et en Suisse. Suite aux échanges d'informations entre les experts, la base de données existante du RAVOT-EUR a pu être enrichie.